« La ch’tite famille », le nouveau film de Dany Boon

C’est probablement l’un des films les plus attendus de 2018. 10 ans après « Bienvenue chez les Ch’tis » et ses 20,4 millions de spectateurs (record pour un film français), et un an après « Raid Dingue » (en tête du box-office 2017 des films français), que vaut le nouveau film de Dany Boon ?

Synopsis :

Valentin D. et Constance Brandt, un couple d’architectes designers en vogue préparent le vernissage de leur rétrospective au Palais de Tokyo. Mais ce que personne ne sait, c’est que pour s’intégrer au monde du design et du luxe parisien, Valentin a menti sur ses origines prolétaires et ch’tis, et se fait même passé pour orphelin. Alors, quand sa mère, son frère et sa belle-sœur débarquent par surprise au Palais de Tokyo, le jour du vernissage, la rencontre des deux mondes est fracassante. D’autant plus que Valentin, suite à un accident, va perdre la mémoire et se retrouver 20 ans en arrière.

Le film :

Une même langue (le ch’ti), une opposition entre deux régions, une différence de classes sociales : les similitudes avec  « Bienvenue chez les Ch’tis » sont nombreuses, mais ce n’est pas une suite ! D’autant que cette fois-ci, l’action se passe essentiellement à Paris, et non dans le Nord.

Dany Boon a évité le défaut principal de trop nombreuses comédies françaises, comme « Les Tuches 3 » récemment : celui de mettre toutes les séquences drôles du film dans la bande-annonce. Ici c’est loin d’être le cas !

Le casting est réussi : Line Renaud, pour la 2e fois la mère de Dany Boon, mais dans un rôle bien plus important qu’il y a 10 ans. Valérie Bonneton (révélée au grand public dans la série de France 2 « Fais pas ci, fais pas ça ») et Guy Lecluyse (un fidèle des comédies de Dany Boon) interprètent la belle-sœur et le frère du designer, des ch’tis purs. Laurence Arné, dans le rôle de l’épouse parisienne, hautaine et bobo, et son père François Berléand, machiavélique. Pierre Richard qui fait… du grand Pierre Richard, comme à l’époque des films de Francis Veber, mais il est malheureusement trop peu présent ici.

Chaque rôle a sa place, aucun n’est secondaire, même celui de la nièce du designer, interprétée par la jeune Juliane Lepoureau, notamment dans la scène du retour du personnage principal dans sa famille.

Plusieurs personnalités jouent leurs propres rôles dans la scène du vernissage au Palais de Tokyo. Johnny Hallyday devait y participer, mais cela n’a pas pu se faire. Néanmoins, un hommage, prévu avant sa disparition en décembre dernier, est rendu au chanteur (à qui le film est dédié) : la chanson de fin est « Que j’te ker », la version ch’ti de « Que je t’aime ».

Nul doute que le film, sans aucun doute le plus personnel de Dany Boon, sera l’un des grand succès du cinéma français : en France, où plus de 150 avant-premières ont été organisées depuis début janvier, mais aussi à l’étranger où le film, comme les précédentes comédies de Dany Boon, a déjà été acheté dans de nombreux pays. Ainsi, en Allemagne, l’accent Ch’ti sera doublé en Bavarois, et un remake est déjà prévu en Chine !

Dany Boon et Guy Lecluyse, lors de l’avant-première au Pathé Boulogne le 22 février 2018

« La ch’tite famille »

Réalisé par Dany Boon

Avec Dany Boon, Line Renaud, Laurence Arné, Valérie Bonneton, Guy Lecluyse, François Berléand, Pierre Richard et Juliane Lepoureau

Durée : 1h47

Sortie le 28 février 2018 (et dès le 23 février dans la région Hauts de France)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s